Culture des orchidées bijoux

Niveau : débutant à intermédiaireCette fiche indique la culture des genres Anoectochilus, Aspidogyne, Crepidium, Cyclopogon, Cystorchis, Dossinia, Ludisia, Macodes, Malaxis, Odontochilus, Goodyera et Zeuxine, pour ne citer que les plus courants.

Avec leurs feuilles surprenantes, comme brodées de dessins métalliques brillant au moindre rayon de soleil, les orchidées bijoux sont un groupe d’orchidées très particulier, dont il faut s’approcher pour apprécier leur beauté à sa juste valeur. Originaires pour la plupart des sous-bois asiatiques et sud-américains, ces petites orchidées délicates ont besoin de conditions particulières pour prospérer.

La plus connue des orchidées bijoux, trouvable facilement dans le commerce, est Ludisia discolor, mais il en existe des dizaines ainsi que d’innombrables hybrides et sélections : Macodes petola, Macodes lowii, Anoectochilus formosanus, Dossinia marmorata, Ludisia Spiderman, etc.

Dans cette fiche de culture, nous parlerons des orchidées bijoux des climats tempérés et tropicaux humides. La fiche peut s’appliquer aux genres suivants : Anoectochilus, Aspidogyne, Crepidium, Cyclopogon, Cystorchis, Dossinia, Ludisia, Macodes, Malaxis, Odontochilus, Goodyera et Zeuxine, les plus fréquents en culture.

Cultiver les orchidées bijoux

Les reconnaître

Le groupe des orchidées bijoux rassemble une grande diversité d’espèces d’orchidées pas toujours apparentées. La plupart de ces espèces appartiennent à la sous-tribu des Goodyerinae. Toutes ont en commun d’avoir des feuilles très décoratives, avec pour la plupart des nervures réticulées formant de beaux dessins sur le dessus qui brillent superbement lorsque la lumière les éclaire. La plupart sont très petites, de 5 à 20 cm et dépassant rarement 40 cm de hauteur floraison comprise.

Les orchidées bijoux possèdent pour la plupart de petites fleurs aux tons blanc-crème, marron, parfois jaunes. Bien qu’elles ne soient pas reconnues pour avoir des floraisons remarquables, si ce n’est intéressantes, certaines variétés présentent cependant des fleurs aux formes et couleurs captivantes, comme par exemple certaines espèces d’Anoectochilus et d’Odontochilus, dont les fleurs jaune vif en arêtes de poisson sortent de l’ordinaire.

Leurs racines, succulentes et très velues, sont peu nombreuses et peu ou pas ramifiées, il faut donc en prendre soin pour ne pas qu’elles s’abîment. Elles apparaissent le long de la tige, au nombre de une par œil (renflement le long de la tige) à l’opposé de la feuille.

La plupart des orchidées bijoux sont terrestres ou lithophytes, poussant dans l’humus des forêts ou sur la mousse du pied des arbres. Il en existe de nombreux genres, la majorité étant originaires des forêts sombres d’Asie (Anoectochilus, Corybas, Cystorchis, Dossinia, Goodyera, Ludisia, Macodes, Malaxis, Nervilia, Odontochilus, Paphiopedilum), d’Amérique du Sud (Aspidogyne, Cranichis, Cyclopogon, Goodyera, Microchilus, Monophyllorchis, Pelexia) ou d’Afrique (Goodyera, Oeceoclades), mais on trouve également une espèce d’orchidée bijou indigène en France et en Europe, la goodyère rampante (Goodyera repens), une espèce protégée.

Si en culture certaines espèces peuvent être rencontrées assez facilement dans le commerce (Ludisia discolor et Macodes petola), trouver des orchidées bijoux moins communes demande un peu de recherche, il faut se tourner vers des producteurs d’orchidées.

Il faut également se méfier des vendeurs internationaux peu scrupuleux que l’on trouve sur internet, qui n’hésitent pas à arracher des plantes dans la nature pour les revendre sur le marché européen. Ces espèces étant pour la majorité en danger dans leur milieu naturel et protégées internationalement, nous vous conseillons fortement de vous assurer qu’elles ont été produites en pépinière pour éviter les ennuis et aider à leur préservation.

Les orchidées bijoux les plus communes

Voici un florilège des orchidées bijoux que vous pouvez rencontrer dans le commerce. Il en existe des dizaines, toutes plus belles les unes que les autres !

Cultiver et faire refleurir les orchidées bijoux

Pour fleurir, les orchidées bijoux ont besoin de développer une tige assez mature pour avoir la force de fleurir. À la fin de la croissance de la tige, une tige florale apparaîtra au sommet des feuilles. Une fois la floraison terminée, la tige principale va émettre des rejets à différents endroits, qui vont à leur tour se développer jusqu’à fleurir à leur tour. Si vous ne souhaitez pas garder l’inflorescence, vous pouvez la couper à sa base juste au dessus des feuilles, cela favorisera une apparition plus rapide des rejets.

Dans la nature, la plupart des orchidées bijoux ont une croissance et une floraison rythmées par les saisons, fleurissant durant la mousson. Ludisia discolor et ses variétés par exemple (Ludisia discolor var. alba, Ludisia Spiderman) fleurissent naturellement tous les ans aux alentours de décembre sous notre climat. Pour d’autres, la croissance est permanente et elles peuvent fleurir à n’importe quel moment de l’année, lorsque la croissance de la tige est terminée.

Luminosité

Les orchidées bijoux apprécient un niveau de lumière équivalent aux Phalaenopsis, mais tolèrent une luminosité plus faible. Il faut tout de même respecter la règle de les placer à moins d’un mètre d’une fenêtre, en évitant à tout prix le soleil direct qui peut causer à leurs feuilles des dégâts irréparables.

La position idéale est un emplacement contre une fenêtre exposée Nord ou Est.

Si elles sont dans un terrarium ou loin d’une fenêtre, vous pouvez leur apporter de l’éclairage artificiel, l’intensité lumineuse devrait être comprise entre 10 000 et 15 000 lux.

Température

Selon leur origine, toutes les orchidées bijoux n’ont pas les mêmes besoins en température. Certaines sont en effet originaires de climats tempérés et ont besoin de températures plus fraîches en hiver pour bien se développer. Voici un tableau récapitulatif des principales espèces et les températures qu’elles apprécient :

Espèces de climats tempérésEspèces de climats subtropicaux
Températures15 à 25 °C le jour, 8 à 15 °C la nuit (jusqu’à -10 °C pour certaines espèces de Goodyera)16 à 28 °C le jour, 15 à 25 °C la nuit
Espèces concernéesAspidogyne argentea, Cyclopogon lindleyanum, Goodyera malipoensis, Goodyera repens, Goodyera schlechtendaliana, Goodyera schlechtendaliana ‘Nishikiran Japan’.Anoectochilus, Crepidium, Cyclopogon, Cystorchis, Dossinia, Ludisia, Macodes, Malaxis, Odontochilus, Goodyera hispida, Goodyera (espèces tropicales), Zeuxine, etc.

Hygrométrie (humidité de l’air)

Les orchidées bijoux ont pour habitat les forêts sombres et humides, s’épanouissant aux alentours des ruisseaux. Elles sont ainsi entourée d’une humidité constante variant de 90 à 100 %. En culture, une hygrométrie de 70 à 90 % est suffisante, elle peut être maintenue grâce à un petit terrarium ou une cloche en verre, que l’on enlèvera une fois par semaine pour renouveler l’air. Une humidité ambiante plus faible est possible avec une gestion parfaite de l’arrosage, mais les plantes finiront par manquer de vigueur au fur et à mesure qu’elles poussent et elles risquent de se dessécher.

Une exception : Ludisia discolor possède une tige plus épaisse que les autres variétés et tolère mieux une hygrométrie basse, elle se plaît dans nos intérieurs sans avoir besoin d’un terrarium.

Arrosage et engrais

Quand arroser ?

La règle d’or à respecter pour avoir de belles orchidées bijoux est de garder leur substrat légèrement humide en permanence. Cela veut dire que le substrat ne doit jamais sécher complètement, mais aussi que le pot ne doit pas être placé dans une soucoupe remplie d’eau en permanence. Si l’un de ces deux cas arrive, les racines peuvent rapidement s’affaiblir et être infectées par des champignons ou des bactéries qui peuvent tuer la plante, parfois en moins d’une semaine.

  • Dans un environnement sec, comme votre intérieur, gardez le centre du pot légèrement humide en permanence et arrosez lorsque la surface du pot commence à sécher. C’est un mode de culture assez difficile à gérer car les orchidées bijoux sont cultivées dans de petits pots qui sèchent très vite, garder une humidité homogène demande beaucoup de rigueur et d’attention.
  • Dans un environnement humide, comme un terrarium, il est préférable au contraire de garder le centre du pot un peu plus sec et d’arroser lorsque la surface est sèche.

Pour résumer : Arrosez votre orchidée bijou lorsque le substrat commence à sécher en surface.

Quelle eau utiliser ?

Pour cultiver les orchidées bijoux, nous vous recommandons fortement d’utiliser de l’eau osmosée ou de pluie, à laquelle vous ajouterez un engrais adapté aux orchidées dosé au quart de la dose recommandée afin d’obtenir une eau d’arrosage avec de bons paramètres. Un pH idéal se situe entre 6 et 7. Pour plus d’informations sur les bons paramètres d’eau pour arroser vos orchidées, consultez notre article sur l’arrosage.

L’eau du robinet n’est pas recommandée, car elle est trop dure et contient du chlore. De plus, en terrarium cela cause une accumulation des sels minéraux qui peuvent sur le long terme endommager les racines déjà peu nombreuses de ces petites plantes. Si vous n’avez que cette option, utilisez de l’eau filtrée dans une carafe filtrante ou qui a reposé au moins 24 heures dans une carafe aérée.

Faut-il donner de l’engrais ?

Ces orchidées étant moyennement gourmandes en nutriments, l’utilisation d’engrais n’est pas obligatoire si le substrat est nutritif. Si vous souhaitez leur donner une fertilisation, dosez l’engrais à la moitié de la dose recommandée des engrais pour orchidées, (une électroconductivité 300 à 400 µS convient bien), à appliquer un arrosage sur deux du printemps à l’automne. En hiver, la fertilisation n’est pas nécessaire si vous n’observez pas de croissance.

Rempoter les orchidées bijoux

La meilleure période pour rempoter ses orchidées bijoux se situe lorsque les nouvelles pousses ont émergé et fait leurs premières racines, le plus souvent au début du printemps. Selon le substrat utilisé, la fréquence des rempotages pourra varier d’un à deux ans. Il vaut mieux ne pas excéder cette durée, car leur mode de développement et la production de rejets impose de replacer les tiges auprès du sol pour favoriser l’apparition de racines. Cela permet ainsi d’obtenir de belles potées en quelques années seulement.

Comment rempoter les orchidées bijoux ?

  • Dépotez votre orchidée et retirez le maximum de substrat (attention, leurs racines peuvent être confondues avec les fibres de sphaigne). Si votre plante a des rejets racinés, vous pouvez les prélever en les coupant à leur base et les empoter séparément ou en groupes ;
  • Positionnez la plante de manière à ce que les feuilles les plus basses effleurent la surface du substrat. Si la tige est longue et possède peu de feuilles, vous pouvez la bouturer en utilisant l’une des techniques décrites ici ;
  • Tassez le substrat sans trop le compacter ;
  • Arrosez et placez vos plantes dans de bonnes conditions pour favoriser la reprise.

Quel substrat utiliser pour les orchidées bijoux ?

Étant terrestres pour la plupart voire semi-épiphytes pour certaines, les orchidées bijoux ont besoin d’un substrat qui retient plus l’eau que pour les autres orchidées. Les orchidées bijoux peuvent être cultivées dans un ensemble assez large de substrats, la chose importante à retenir lors du choix de ce substrat est qu’il doit retenir l’eau sans compromettre une bonne aération et un bon drainage.

Idéalement, nous vous conseillons un substrat à base de tourbe de coco ou de terreau de bonne qualité, auquel vous ajouterez des éléments drainants (entre 50 et 70 % du mélange) tels que des écorces de pin fines, de la perlite, du sable, de la pumice ou de la pouzzolane.

Ludisia discolor, la plus commune mais aussi la plus résistante, peut être cultivée dans un bon terreau sans aucun ajout, ou avec 30 % d’éléments drainants.

La culture en sphaigne est également possible, cependant veillez à ne pas trop la tasser autour des racines. C’est un substrat dont les propriétés antiseptiques favorisent le bouturage et limitent l’apparition de maladies, mais qui nécessite impérativement un rempotage annuel car la sphaigne s’acidifie en se décomposant, rendant le milieu inhospitalier pour l’orchidée.

substrat pour orchidees bijoux

Quels pots utiliser ?

Les orchidées bijoux n’ont pas un système racinaire très développé et un pot trop grand peut retenir trop l’eau, préférez donc de petits pots de 5 cm de côté ou de diamètre, jusqu’à 10 cm pour les plantes bien établies et ramifiées ou les plantations en groupe. Ils doivent être de préférence peu profonds, idéalement de hauteur égale à la largeur ou maximum deux fois la largeur. Pour les grands groupes de Ludisia discolor, vous pouvez utiliser des coupes peu profondes pour faire de belles potées débordantes.

L’utilisation de pots transparents n’est pas nécessaire, mais peut vous aider à appréhender le bon moment pour arroser en observant l’humidité du substrat ainsi que la santé du système racinaire.

Les orchidées bijoux en terrarium

Les terrariums plantés peuvent sublimer la beauté des orchidées bijoux, c’est pourquoi il est tentant de les y installer. Voici quelques conseils pour que l’installation fournisse les meilleures conditions à vos orchidées bijoux :

  • Pensez à la hauteur et l’envergure que la plante atteindra lorsqu’elle aura grandi. La plupart des espèces commercialisées peuvent atteindre 15 à 20 cm de hauteur et une dizaine de large au moment de la floraison, choisissez donc la taille de votre contenant en fonction ;
  • Ajoutez une bonne couche de drainage, d’au moins 2 à 4 centimètres de haut : pouzzolane, pumice, sable grossier ou billes d’argile. Cela permet à l’eau excédentaire de couler au fond du terrarium sans risquer de détremper le substrat ;
  • Utilisez un substrat bien drainant comme expliqué ci-dessus et n’hésitez pas à ajouter quelques parts d’éléments drainants en plus pour vous assurer de sa bonne aération ;
  • Permettez une ventilation, ou au minimum une aération qui laisse l’air circuler et se renouveler sans compromettre une hygrométrie élevée. Cela permet de limiter l’installation de champignons, favorisés par une humidité élevée et un air stagnant. Idéalement, un petit ventilateur d’ordinateur fonctionnant 5 à 15 minutes toutes les heures permettra une bonne circulation de l’air. Pour les petits contenants comme des jarres ou bocaux en verre, retirez le couvercle.

Problèmes, maladies et ravageurs

Les feuilles de mon orchidée bijou deviennent rouges et tombent, que se passe-t-il ?

La décoloration des feuilles chez les orchidées bijoux se caractérise par leur rougissement chez Ludisia discolor ou leur jaunissement chez d’autres espèces comme les Macodes, les Goodyera et les Dossinia. Cette décoloration, qui peut aboutir à leur chute, n’est pas toujours le symptôme d’un problème, elle peut être provoquée par plusieurs facteurs qu’il est important de prendre en compte et agir en conséquence :

orchidée bijou feuille jaune du bas 2
  • Si le problème concerne les feuilles du bas uniquement : Il s’agît alors du développement normal de la plante. En effet, au cours de sa croissance, la plante va développer de nouvelles feuilles le long de sa tige et les anciennes feuilles du bas vont d’elles-mêmes naturellement sécher.

    Sur la photo ci-contre, la feuille du bas s’est complètement desséchée, mais c’est la seule a avoir fait cela donc il n’y a pas à s’inquiéter.

  • La plante vient de fleurir : Après la floraison, les orchidées bijoux peuvent sur une longue période perdre la totalité des feuilles de la tige principale. Il ne faut pas s’inquiéter car peu après vont apparaître plusieurs rejets le long de la tige, qui vont permettre à la plante de continuer à se développer et se multiplier.

    Sur la photo ci-contre, l’orchidée vient de finir sa floraison (la tige a été coupée) et les feuilles commencent à jaunir, mais on remarque l’apparition de plusieurs rejets le long de la tige.
orchidée bijou feuille jaune après floraison 2

  • La plante a pris un coup de chaud : Certaines variétés d’orchidées bijoux proviennent de climats tempérés, elles ont donc besoin de températures plus fraîches que nos intérieurs peuvent leur apporter, notamment en été. C’est le cas de ces espèces : Aspidogyne argentea, Goodyera schlechtendaliana, Goodyera schlechtendaliana ‘Nishikiran Japan’. Elles se plaisent ainsi mieux à des températures avoisinant les 15 °C durant l’hiver et peuvent prendre un coup de chaud si elles sont déplacées trop rapidement vers une pièce trop chauffée et leurs feuilles vont jaunir. Chez Ludisia discolor, les feuilles vont rougir.
  • La plante a trop de lumière : Une lumière trop vive peut mener à une décoloration irréversible des feuilles, voire à leur dessèchement en cas de brûlure. Il faut à tout prix éviter les rayons directs du soleil, qui peuvent provoquer des dégâts irréparables aux feuilles. Ce ne sont pas des plantes qui ont de grands besoins en lumière. Si la plante a reçu trop de lumière, elle peut facilement reprendre si la tige n’a pas été brûlée par la chaleur des rayons. Continuez à la cultiver en suivant nos conseils de culture donnés plus haut et elle devrait repartir. Chez Ludisia discolor, cela se caractérise également par le rougissement des feuilles.
  • La plante a été trop arrosée : Si votre Ludisia discolor a les feuilles qui deviennent rouges puis se dessèchent, il est possible qu’il ait trop été arrosé. Si les racines ont pourri, rempotez complètement la plante et reprenez le régime d’arrosage conseillé plus haut.
orchidée bijou pourrie 2
  • La tige est en train de pourrir : Si les feuilles se décolorent prématurément alors que la plante n’est pas en train de fleurir, vérifiez l’état de la tige : elle doit être ronde, bien ferme et de couleur uniforme, verte, beige ou rouge-brun selon la variété. Si la tige a des zones de couleur marron ou flétries, c’est qu’une pourriture s’y est installée. Procédez comme expliqué ici.

    Sur la photo ci-contre, on remarque que la base de la tige est marron et flétri à cause d’une pourriture, elle a conduit au dessèchement de la feuille à son niveau. Il faut bouturer la tige d’urgence pour sauver la plante.

Mon orchidée bijou pourrit, que faire ?

Les attaques fongiques et bactériennes peuvent apparaître lors de la culture, le plus souvent favorisées par des conditions de culture trop irrégulières ou inadaptées comme un une mauvaise aération en terrarium, un substrat non adapté, trop humide ou bien trop arrosé après une période de sécheresse.

Si vous remarquez que la tige est molle, marron, flétrie ou que des champignons se développent dessus, coupez immédiatement la partie malade en coupant aussi quelques millimètres de partie saine pour éviter que la maladie se propage. Traitez la bouture au peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) 3 % et bouturez-la selon la 2e ou la 3e méthodes de bouturage décrites ci-dessous.

orchidée bijou pourrie champignon 2

dégâts trhips orchidée bijou

Quels parasites et ravageurs s’attaquent aux orchidées bijoux et que faire ?

Les orchidées bijoux peuvent être touchées par de nombreux parasites et ravageurs : cochenilles farineuses ou à carapace, escargots, limaces, chenilles… les thrips (photo des dégâts de thrips ci-contre) et acariens en sont également friands et peuvent devenir rapidement problématiques en cas d’attaque importante, une inspection régulière des plantes est donc nécessaire et il faut agir rapidement en conséquence.

Si votre orchidée bijou est touchée par l’un de ces ravageurs, suivez nos conseils des fiches pour lutter contre les parasites et ravageurs.

Pour prévenir d’une invasion, inspectez minutieusement chaque plante ajoutée à votre collection et n’hésitez pas à lui faire passer une période de quarantaine isolée des autres plantes.

Comment bouturer et multiplier une orchidée bijou ?

Contrairement à la grande majorité des orchidées, les orchidées bijoux qui forment des tiges peuvent être bouturées facilement pour les multiplier, parmi lesquelles Anoectochilus, Aspidogyne, Cystorchis, Dossinia, Ludisia, Macodes, Odontochilus, Goodyera et Zeuxine. Il existe plusieurs méthodes pour cela.

1e méthode : le prélèvement de rejets

Comme dit précédemment, les orchidées bijoux forment des rejets le long de leur tige après avoir fleuri, qu’il est possible de prélever pour multiplier la plante. Attendez qu’ils aient développé au moins une racine de quelques centimètres et prélevez-les avec une lame ou un sécateur désinfecté pour les rempoter immédiatement. Placez-les dans de bonnes conditions comme décrites au chapitre culture afin qu’ils s’enracinent et se développent.

2e méthode : le bouturage de tête

Pour obtenir rapidement une jolie plante à partir d’une bouture, rien ne vaut le bouturage dit de tête. Voici comment procéder :

  • Coupez la tige à 0,5 cm en dessous d’un œil (renflement sur la tige) de manière à prélever une tige de 4 à 7 cm de long avec au moins 3 à 4 yeux. Il est possible de faire plus court, mais la reprise est moins assurée ;
  • Retirez 1 à 2 feuilles du bas pour laisser des yeux apparents au bas de la tige. Il est préférable de garder 2 à 3 feuilles par tige ;
  • Aspergez les parties coupées d’eau oxygénée et laissez sécher environ une demi-journée pour que les coupes cicatrisent, mais pas plus longtemps au risque que la bouture se dessèche ;
  • Dans un petit pot (idéalement 5,5 cm de diamètre) rempli de sphaigne ou d’un substrat adapté, plantez la tige en enterrant les yeux mis à découvert et tassez autour de la tige sans trop compacter le substrat. Vous pouvez faire tremper le bas de la tige dans des hormones de bouturage ;
  • Arrosez et placez la bouture de votre orchidée bijou dans de bonnes conditions comme décrites au chapitre culture pour qu’elle s’enracine et se développe.

3e méthode : le bouturage de tige

Il est également possible de faire des boutures de tiges sans feuilles. Pour maximiser vos chances de reprise, prélevez des segments qui possèdent au minimum deux yeux. Voici comment faire :

  • Coupez la tige et retirez les feuilles ;
  • Allongez la tige sur un lit de sphaigne humide. Nous vous conseillons de stériliser la sphaigne en la faisant bouillir 15 minutes ;
  • Placez le tout dans un terrarium ou une boîte transparente que vous aérerez régulièrement et gardez la sphaigne juste humide ;
  • Une fois que des rejets sont apparus et ont développé au moins une racine, prélevez-les avec une lame ou un sécateur désinfecté et empotez-les séparément ou en petits groupes dans de petits pots (environ 5 cm de diamètre) ;
  • Placez-les dans de bonnes conditions comme décrites au chapitre culture afin qu’ils s’enracinent et se développent.

F.A.Q.

Une question sur la culture de vos orchidées ?

Groupe 1001 Orchidées sur Facebook

Demandez à notre communauté sur Facebook

1001 Orchidées – Les reconnaître et en prendre soin

Vous avez aimé l’article ? Partagez-le avec vos amis :

Retour en haut