L’eau et l’engrais pour les orchidées

Tout comme vous avez besoin de nourriture de qualité, vos orchidées ont besoin d’une fertilisation adaptée, en quantité suffisante et sans surdosage. Donner de l’engrais à vos orchidées n’est pas obligatoire, mais fortement conseillé car un engrais de qualité et bien dosé permettra d’avoir de belles plantes bien fleuries sur le long terme et évitera les carences. Apprenez dans ce dossier comment fertiliser vos orchidées selon votre niveau et votre collection.

Je débute : j’utilise une méthode simple

Quelle eau utiliser ?

Souvent très dure et traitée au chlore, l’eau du robinet est bien souvent peu adaptée à la culture des orchidées. Cependant, les Phalaenopsis hybrides semblent parfois s’en accommoder si elle n’est pas utilisée directement après avoir été tirée. Sachez que plus votre eau sera dure, plus elle sera inadaptée pour les orchidées. Dans le cas où votre eau est douce, vous pouvez la laisser décanter en carafe durant 48 h avant de l’utiliser. Si votre eau est dure, vous pouvez la passer dans une carafe filtrante et la laisser reposer avant de l’utiliser.

Pour savoir quelle eau est la plus adaptée à la culture de vos orchidées, descendez au chapitre « Quelle eau utiliser ?« 

Quel engrais utiliser ?

Chez les producteurs d’orchidées, vous trouverez principalement deux marques d’engrais qui ont fait leurs preuves auprès des orchidophiles passionnés : Orchid Focus et Rain Mix. Les deux ont une bonne efficacité avec les orchidées mais des utilisations différentes.

Si vous n’avez pas la possibilité d’acheter ces engrais, vous pouvez également utiliser de l’engrais pour plantes vertes que vous trouverez dans le commerce. Ces engrais sont à diluer à 1/2 de la dose recommandée sur le flacon, voire 1/4 pour les orchidées moins gourmandes. Moins efficace, ce type d’engrais peut servir de substitution.

engrais pour orchidées Rain Mix et Orchid Focus

1. J’ai moins de 50 orchidées

Le plus simple est de les arroser avec les engrais Orchid Focus au dosage indiqué sur votre bouteille : 1/2 cuillerée à café par litre d’eau une fois par semaine, en alternant Orchid Focus Grow (fleur verte sur le flacon) et Orchid Focus Bloom (fleur rose sur le flacon). Ils sont adaptés à une utilisation avec de l’eau de ville, même s’il est préférable de les utiliser avec de l’eau de pluie ou osmosée.

2. J’ai plus de 50 orchidées

Il vaut mieux passer à l’engrais Rain Mix, qui est la version améliorée de l’engrais MSU mis au point dans les années 80 et très efficace pour les orchidées. Vendu sous forme de poudre, il revient bien moins cher que les engrais sous forme liquide et vous durera plus longtemps. Attention cependant, il s’utilise avec de l’eau de pluie ou de l’eau osmosée et ne convient pas à une utilisation avec de l’eau de ville ou de bouteille.

Quand fertiliser ?

L’utilisation d’engrais se fait lorsque la plante est en période de croissance, c’est à dire que de nouvelles feuilles, racines, pousses ou tiges florales sont en développement. Cette croissance a généralement lieu du printemps à l’automne. En hiver, si vos plantes ne poussent pas, il est inutile de leur apporter de l’engrais.

⚠️ Ne pas apporter d’engrais à une plante en mauvais état ou ayant un système racinaire très dégradé, cela pourrait faire plus de mal que de bien.

Quelle fréquence ?

La fréquence dépend du type d’engrais et de la dose utilisée. À dosage normal, l’Orchid Focus et le Rain Mix par exemple s’utilisent une fois tous les deux arrosages.

Je suis plus expérimenté : j’utilise du matériel adapté

Si votre collection comporte un grand nombre d’orchidées, il devient intéressant de passer à une fertilisation « sur mesure » adaptée à chaque genre que vous cultivez. Cette méthode nécessite du matériel adapté : collecteur d’eau de pluie et réservoir ou osmoseur, pH-mètre, conductimètre et bien entendu engrais adapté.

Comment fonctionne l’absorption de l’eau et des nutriments ?

Les racines des orchidées (et des plantes en général) absorbent l’eau et les minéraux grâce au principe de l’osmose : lorsque deux solutions séparées par une membrane poreuse ont une densité différente, l’eau va migrer du milieu le moins dense vers le milieu le plus dense afin que la densité des deux milieux s’équilibre.

Dans le cas des orchidées, la solution la moins dense est l’eau d’arrosage, la membrane poreuse représente l’épiderme des racines et le milieu le plus dense représente le contenu des cellules des racines. Ainsi, l’eau passe de la solution la moins dense (l’eau d’arrosage) vers la solution la plus dense (le contenu des cellules).

Pour mesurer la densité (dosage) de la solution de fertilisation, on mesure l’électroconductivité de cette solution, mesurée en microsiemens (µS). Elle se mesure grâce à un conductimètre.

Si l’engrais est sur-dosé, l’eau d’arrosage est plus dense que le contenu des racines et le phénomène d’osmose s’inverse : l’engrais assèche alors les racines, qui sont endommagées, on dit que les racines « brûlent ». Pour éviter cela, on dose généralement l’engrais à 750 µS.

Quelle eau utiliser ?

Pour l’arrosage de vos orchidées, toutes les eaux ne se valent pas. Plus une eau aura une conductivité faible, plus cette conductivité pourra être complétée avec un engrais adapté, ce qui en donner à la plante ce dont elle a besoin pour obtenir une croissance optimisée et de plus belles floraisons.

1. L’eau osmosée et l’eau de pluie

Ce sont sans doute les eaux les plus adaptées à la culture des orchidées, elles deviennent indispensables lorsque la collection devient importante.

L’intérêt d’utiliser de l’eau osmosée ou de l’eau de pluie est de disposer d’une eau quasiment pure, aux alentours de 25 µS pour l’eau osmosée et 50-70 µS pour l’eau de pluie, à laquelle on ajoute des minéraux et oligo-éléments qui sont utiles à l’orchidée. On peut alors ajouter 725 µS d’engrais, soit près de 3 fois plus qu’avec de l’eau de ville.

L’eau osmosée est obtenue par osmose inversée grâce à un osmoseur, que l’on peut trouver dans les magasins d’aquariophilie ou les grow shop. Ses inconvénients sont la grande quantité d’eau rejetée nécessaire à sa production ainsi que les filtres, à changer régulièrement. Cette eau rejetée peut être réutilisée pour l’arrosage du jardin ou avec un peu d’inventivité pour la chasse d’eau.

Astuce : Certaines jardineries disposant d’un rayon aquariophilie vendent de l’eau osmosée voire en proposent gratuitement aux porteurs de la carte fidélité.

Gratuite et généralement de très bonne qualité, l’eau de pluie est également une excellente solution pour l’arrosage des orchidées. Elle peut être récoltée à partir d’un toit de maison ou de cabanon.

⚠️ La récupération de l’eau des toitures en zinc est à proscrire car elle est toxique. Attention également à couper le raccord lorsqu’un traitement a été effectué sur le toit, contre la mousse par exemple, les produits sont bien souvent toxiques pour les orchidées.

2. L’eau déminéralisée

Achetée en bidons ou en bouteille, l’eau déminéralisée a une qualité similaire à l’eau osmosée et peut être utilisée de la même manière. Son inconvénient est de revenir assez cher au litre et d’être compliquée à transporter. Elle a également une électroconductivité très basse. Attention à ne pas prendre celle déminéralisée au sodium qui serait toxique sur le long terme pour vos plantes.

3. L’eau minérale

De qualité variable selon les sources et les marques, les eaux minérales ont une forte concentration en éléments et ne sont pas toujours bonnes pour les orchidées. Leur gros inconvénient : le prix au litre, très supérieur à toutes les autres solutions présentées ici.

4. L’eau de ville

Souvent dure, l’eau de conduit contient des éléments pour leur très grande majorité inutiles à l’orchidée, lui conférant une électroconductivité élevée. Par exemple, l’eau de conduit en France se situe aux alentours de 500 µS. Pour arriver à un dosage correct d’engrais en évitant un surdosage, on ne peut ajouter que 250 µS d’engrais à votre eau d’arrosage, l’apport d’engrais est donc limité.

⚠️ L’eau traitée par un adoucisseur est toxique pour les orchidées.

5. L’eau de puits

L’eau de forage peut être une bonne solution, pour peu que vous sachiez ce qu’elle contient. Sa conductivité se situe généralement aux alentours de 550 µS, l’apport en engrais est donc également limité.

6. L’eau des appareils ménagers

Il est souvent recommandé l’eau du sèche-linge, du climatiseur… Elle peut théoriquement être utilisée avec de l’engrais, mais peut aussi contenir des micros particules issues de leur extraction. Attention lors de son utilisation, il vaut mieux tester ses paramètres.

Quel engrais utiliser ?

Le Rain Mix est particulièrement adapté pour les orchidées épiphytes.

Pour les Paphiopedilum et les autres orchidées humicoles, il vaut mieux utiliser un engrais riche en azote (N) et même en urée avec la réserve qui vous est expliquée dans les réponses sur la conductivité (si urée, diviser la dose par 2). Cherchez un engrais riche en azote ou urée et très pauvre en phosphate (P) et en potassium (K).

Quel dosage pour l’engrais ?

En mesurant l’électroconductivité avec un conductimètre, vous pouvez aller jusqu’à 750 µS en arrosage racinaire pour une orchidée épiphyte. Pour les plantes à feuilles fines, il vaut mieux diviser par 2 : 350 µS vous permet d’éviter de brûler les racines ou de bloquer la croissance voire tuer les orchidées les plus sensibles.

⚠️ Attention, le surdosage peut être nocif pour les orchidées : En effet, cela peut provoquer le noircissement des pointes des feuilles et dans les cas extrêmes la plante peut en mourir (l’azote, plus que le potassium, peut être mortel à haute dose).

Vous pouvez peaufiner en fonction de la lumière et de la chaleur car à ce moment-là, la plante a des conditions optimales. Si votre éclairage est moyen, il ne sert à rien d’augmenter la dose d’engrais.

Sur quoi se basent ces dosages ?

Ces dosages sont basés sur une étude comparative sur 150 jeunes Phalaenopsis issues d’un même semis.

Résultats de l’étude

Les deux premiers engrais (hydroponiques) ont eu les feuilles les plus grosses, mais les plantes étaient très hétérogènes, plus ou moins grandes. L’Orchid Focus est arrivé troisième sur la taille de la plus grande plante, mais avec un résultat beaucoup plus homogène où toutes les plantes avaient grandi. En quatrième, le Rain Mix (à l’époque le MSU, ce qui revient au même).

Bibliographie : « What do they eat » de Rick Lockwood, AOS Mars 2013.

Dossier technique complet

Nous mettons à votre disposition un tutoriel complet pour devenir un expert en arrosage disponible ici.

Une question sur la culture de vos orchidées ?

Groupe 1001 Orchidées sur Facebook

Demandez à notre communauté sur Facebook

1001 Orchidées – Les reconnaître et en prendre soin

Vous avez aimé l’article ? Partagez-le avec vos amis :

Retour en haut